Courrier des lecteurs

Ode au médecin isolé

Publié le 12/04/2019

Ode à toi, médecin isolé,

Travaillant sans relâche, d’hiver en été,

Bien fidèle à ta tâche, ne levant jamais le pied,

Pourtant, on te le rabâche : ta fin est arrivée !

Ingrats ou bien très vache ? Qui sont ces mal-avisés,

Qui au nom d’une très vague notion de modernité,

Veulent reléguer ton œuvre à une piètre antiquité ?

Ce ne sont pas les patients : eux connaissent ta valeur

Bien heureux sont tous ceux qui ne t’ont pas vu compter les heures

Pour eux tu as tout fait : soigné, écouté, partagé,

Mais aussi, c’est évident, tu as tout coordonné.

Comment ne pas comprendre qu’en bon samaritain

Tu accomplissais la tâche d’au moins quatre larbins

Appelant tel confrère, pour qu’il prenne une urgence,

Répondant à telle infirmière, pour qu’elle ajuste une ordonnance,

Remplissant tel certificat, gérant ton cabinet,

Coordinateur tu étais, mais médecin tu restais.

Nul besoin d’enfermer toute cette œuvre dans un carcan,

Sous-payé, tu l’étais, tu en étais conscient,

Mais vers qui se tourner ? Les mutuelles ou l’état ?

Las, humain tu étais, et te disais : il y a pire que moi.

Tu n’as pas vu qu’en étant profondément trop altruiste,

Tu servais bien la soupe des politiques égoïstes,

Qui dans ton dos venaient tout droit te poignarder,

Députés, ministres, associatifs, et jeunes loups mal renseignés,

Qui d’un côté se gargarisent de l’industrie être indépendants,

Mais troquent celle-ci contre un salariat ô combien déprimant,

Tu n’as pas pu ou su faire grève et tout bloquer,

Pour obtenir enfin ce qu’amplement tu méritais,

Un C à 50 euros, et une liberté de t’organiser,

Recruter, déléguer, à ta guise, utilement,

Pas besoin de leçon de tel gouvernement.

Alors tu vas mourir, mais dans la dignité,

Car isolé, tu ne l’étais bien évidemment jamais

Rarement un travailleur ne fut si valeureux,

Productif, efficace, organisé, consciencieux

Adieu, médecin isolé, qui te remplacera ?

Les patients te regretteront, face aux jeunes médecins employés des GAFA.

Vous aussi, vous voulez réagir à l’actualité médicale ? Adressez-nous vos courriers accompagnés de vos nom, prénom et lieu d’exercice à redaction@legeneraliste.fr

Dr Mickael Riahi, Paris

Source : Le Généraliste: 2869