Obésité : peut-on parler d’addiction alimentaire ?  Abonné

Publié le 08/04/2011

« Oui » répond John Blundell (Université de Leeds, Royaume-Uni), mais uniquement chez les obèses qui souffrent de compulsions alimentaires sévères et fréquentes (40 à 50 % des obèses) et/ou d’épisodes de frénésie alimentaire. Pour les autres, il faut plutôt parler « d’impulsion alimentaire » ou de « désir intense de consommer un aliment ». On sait que la sensation de plaisir que procure la consommation alimentaire emprunte les mêmes voies dans le cerveau que les drogues. Celle-ci implique la dopamine.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte