Nouvelle manifestation des opposants à la fermeture des urgences de l’Hotel Dieu

Publié le 19/04/2013

Des élus de gauche de Paris et des représentants de la CGT ont de nouveau protesté jeudi devant l'Hôtel-Dieu contre le projet de restructuration de cet hôpital et notamment la fermeture de son service des urgences. La direction de l'AP-HP prévoit de faire du plus vieil hôpital parisien, édifié sur l'île de la Cité en 650, un «hôpital universitaire de santé publique», regroupant des écoles, une maison médicale ouverte en permanence, un musée ainsi que d'autres services non médicaux, dont le siège administratif. L'immeuble abritant le siège actuel de l'AP-HP, situé à proximité, rue Victoria, serait vendu pour financer le projet. La décision définitive n'a toutefois pas encore été prise, et pourrait devenir un enjeu électoral à l'occasion des élections municipales à Paris de mars 2014. Parmi les orateurs, l'urgentiste Gérald Kierzek a souligné la nécessité de garder des urgences au coeur de Paris, dans un secteur fréquenté par des millions de touristes, d'autant que les autres services d'urgences sont déjà surchargés et que les risques potentiels d'attentats sont à prendre en considération, selon lui. Il a demandé aux différents candidats de se prononcer sur les urgences, soulignant notamment qu'Anne Hidalgo ne l'a pas encore fait, alors que le maire actuel, Bertrand Delanoë, s'est déclaré opposé à la fermeture. En revanche l'adjoint à la santé, Jean-Marie Le Guen est en faveur du projet.


Source : legeneraliste.fr