Nouvel espoir sur la voie d’un vaccin contre le paludisme

Publié le 10/11/2011

La découverte d'une porte d'entrée unique par laquelle doivent passer les agents du paludisme pour envahir les globules rouges humains offre un nouvel angle d'attaque prometteur pour la mise au point d'un vaccin efficace, selon les chercheurs. Ce mécanisme d'entrée essentiel est commun à toutes les souches du parasite le plus mortel, Plasmodium falciparum (P.falciparum), notent les chercheurs, mercredi dans la revue scientifique britannique Nature. Jusqu'à présent, on pensait que le parasite P. falciparum avait plusieurs options pour percer les défenses de cellules sanguines. Mais selon le Dr Wright et ses collègues (Sénégal, Japon, Etats-Unis), l'interaction entre une molécule spécifique du parasite, appelée "ligand PfRH5", et un récepteur du globule rouge, la basigine (BSG), est indispensable à l'invasion. En conséquence, un futur vaccin pourrait en théorie être efficace contre l'ensemble de ces souches, expliquent les auteurs. D’autant que, selon leurs travaux, des anticorps anti-BSG peuvent bloquer l'infestation des cellules sanguines, quelle que soit la souche testée en laboratoire. Selon les premiers résultats d'un vaste essai, dévoilés le mois dernier, un candidat-vaccin RTS,S du laboratoire britannique GlaxoSmithKline (GSK) a permis de réduire de moitié le risque d'infection chez de jeunes Africains. La découverte de ce récepteur unique, qui peut être ciblé pour stopper l'invasion sanguine par le parasite, laisse espérer une solution encore plus efficace.


Source : legeneraliste.fr