dr Dominique Martin Directeur général de l'ANSM

« Nous n’avons pas attendu le Levothyrox pour faire évoluer nos pratiques »  Abonné

Publié le 15/12/2017
Placée sous le feu des critiques pour ne pas avoir suffisamment informé et écouté les patients, l’ANSM travaille déjà depuis un certain temps à rectifier le tir. Prise en compte des réseaux sociaux, intégration des sciences humaines dans l’évaluation des risques, implication des usagers dans l’instruction des dossiers, etc. Le Dr Dominique Martin fait le point sur les évolutions en cours et à venir.
Martin

Martin
Crédit photo : GARO/PHANIE

Le Généraliste Levothyrox, docétaxel, Essure… L’année 2017 a été marquée par de nombreuses alertes sanitaires. Comment expliquer cette montée en puissance ?

Dr Dominique Martin Je ne suis pas du tout certain qu’il y ait plus d’alertes qu’avant. Par contre, il y a clairement une attention accrue à ces questions, portée notamment par les réseaux sociaux, avec une évolution dans la manière dont les patients appréhendent les choses et considèrent les traitements qui leur sont proposés.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte