Maladie d’Alzheimer

Neuroleptiques et alerte iatrogénique  Abonné

Publié le 15/01/2010
Leur surprescription explique les récentes recommandations de la HAS*.

Opposition, refus de soin, hallucinations, cris, déambulation … 80 à 90 % des patients Alzheimer présentent ou présenteront des troubles du comportement ; pour y couper court, proches et médecins recourent encore trop facilement aux neuroleptiques. Autre situation à risque de prescription inappropriée : l’épisode aigu de confusion qui conduit le malade à l’hôpital. Or, si l’efficacité des neuroleptiques est modeste, leurs effets indésirables (signes extrapyramidaux -tremblements-, sédation) sont avérés.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte