Si « Le Généraliste » était paru en octobre 1900

Neurasthénie et divorce

Publié le 03/11/2015

La quatrième chambre du tribunal civil de la Seine vient, en matière de divorce, de rendre un jugement qui ne manquera pas d’intéresser nombre de ménages.

La question qui lui était soumise était celle de savoir si les gros mots et les violences d’un mari neurasthénique à l’égard de sa femme pouvaient être considérés comme des injures graves de nature à motiver le divorce entre les époux. Les juges de la quatrième chambre, présidée par M. Richard, ont résolu la question dans le sens de la négative.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)