Ceux qui ne veulent pas en entendre parler

« On n’est pas malade sur rendez-vous »  Abonné

Publié le 07/11/2014

Hors considérations financières, ils sont une minorité à faire le choix de ne pas se faire seconder par un secrétariat. Certains médecins tiennent à garder l’intégralité de la relation au patient. Répondre au téléphone est dès lors une source d’information clinique essentielle et un moyen de réguler les consultations. Ces médecins y voient la possibilité de diminuer le nombre d’actes en gérant les situations par téléphone.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte