Courrier des lecteurs

Ne pas se tromper de cible

Publié le 30/11/2018

Le 20 novembre, les infirmières excédées par l’absence de reconnaissance de leur travail par nos dirigeants ont manifesté.

Outre le fait que leur message ait été quelque peu éclipsé par le mécontentement des gilets jaunes, j’ai été quelque peu surpris par leur courroux vis-à-vis des généralistes.

En fait, ces professionnels n’ont cessé de marteler au décours de leurs pérégrinations que les généralistes allaient être des pachas. En effet le gouvernement se propose de leur attribuer des assistants médicaux payés par la collectivité.

On ne peut rester quelque peu dubitatif face à cette colère injustifiée pour plusieurs raisons :

- Tout d’abord, cette proposition n’est pas encore réellement actée

- Elle concerne les cabinets de groupe, et l’attribution reste très faible 4 000 assistants

- Ensuite le financement n’est pas pérenne, et les médecins intéressés devront par la suite mettre la main à la poche. Peut-on dire dans ce cas que cette mesure a également pour but de réduire le chômage ?

- Enfin, je l’ai toujours dit, l’État ne donne pas un tel avantage sans s’assurer d’un retour financier. Dans ce cas il est probable que les assistants médicaux vont servir d’interface avec les caisses pour permettre de réduire les effectifs de la Sécu.

Aussi, Mmes et M. les infirmières et infirmiers, sachez que cette fronde anti-généraliste fait bien rire M. Macron qui est arrivé à diviser les professionnels de santé.

Nous sommes tous dans le même bateau qui risque de couler si nous ne sommes pas solidaires !

Vous aussi, vous voulez réagir à l’actualité médicale ? Adressez-nous vos courriers accompagnés de vos nom, prénom et lieu d’exercice à redaction@legeneraliste.fr

Dr Pierre Frances, Banyuls-sur-mer (Pyrénées-Orientales)

Source : Le Généraliste: 2853