NASH : la promesse des probiotiques  Abonné

Publié le 08/04/2011

Difficile à diagnostiquer, la stéatohépatite non alcoolique (NASH) touche principalement les sujets obèses. « Elle aboutit à une cirrhose et un cancer si rien n’est fait » alerte Anne-Marie Cassard-Doulcier, chercheur à l’Inserm (Paris) qui déplore « qu’aucun traitement curatif n’existe actuellement ». Mais on sait que plusieurs nutriments accélèrent son évolution vers la fibrose comme les acides gras saturés, abondants dans l’huile de palme, et le fructose, très présent dans les sirops, jus de fruits et sodas.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte