C'est arrivé le 22 novembre 1550

Naissance de Girolamo Mercurio dit Scipion

Publié le 22/11/2014

Médecin et moine dominicain, professeur de logique et de mathématiques, Girolamo Scipione Mercurio est passé à la postérité pour être l'auteur du premier ouvrage italien consacré à l'obstétrique et l'étude des césariennes.

Après des études de médecine à Bologne et Padoue, Girolamo Mercurio, dit Scipion, entra en religion chez les dominicains de Milan où il prit le nom de Girolamo (Jérôme). Il continua néanmoins à exercer la médecine à Padoue et finit par s’enfuir du cloître afin de pouvoir parcourir le monde. Revenu en Italie en 1573 , il fut pardonné de son escapade aussi bien par le pape que par le sénat de Venise.

Après une nouvelle série de voyages à travers l'Europe, Girolamo Mercurio rentra définitivement en Italie en 1590, exerçant successivement la médecine à Peschiera, Cento, Ferrara et Lendinara dans le delta du Pô, avec un passage même à Civitavecchia, une permission papale spéciale pour "pratiquer son art en cas de nécessité en dehors de la religion" lui ayant été délivrée.

Cependant, tourmenté par l’idée qu’il avait trahi ses sentiments religieux, il finit par reprendre, en 1600, sa bure monacale. Il se consacra alors à l'écriture et bien que ses livres aient été écrits sans aucune méthode et que toutes les erreurs des anciens s’y retrouvent, ils jouirent à cette époque d’une grande renommée.

[[asset:image:3616 {"mode":"full","align":"","field_asset_image_copyright":[],"field_asset_image_description":[]}]]

Le plus fameux d'entre eux, La "Commare o Raccoglitrice" par Scipion Mercurio in III libri, parut à Venise en 1595. Livre fameux d'obstétrique, il fit l’objet de huit éditions italiennes et de deux éditions allemandes. Cet ouvrage contient une partie intéressante concernant l’opération de la césarienne, qui, attestée depuis l'Antiquité, n'était généralement pratiquée alors que sur des femmes décédées ou mourantes, pour sauver l'enfant. De nombreuses gravures sur bois illustrent le propos, que ce soit pour la césarienne (qui occupe deux gravures en pleine page), ou pour présenter les différentes positions de l'enfant in utero. Certaines de ces gravures montrent des femmes dans une attitude très vivante et naturelle, par exemple la main sur la hanche, avec pourtant leur ventre ouvert laissant voir l'utérus et le fœtus !

Scipion Mercurio est mort en 1615.



Source : legeneraliste.fr