C’est arrivé le 15 mai 1848

Naissance de Carl Wernicke

Publié le 15/05/2014

Crédit photo : GARO/PHANIE

Carl Wernicke, célèbre neurologue et psychiatre allemand, précurseur de la recherche sur les localisations cérébrales par l’asaphysiologie, est né le 15 mai 1848 à Tarnowitz, en Haute-Silésie, désormais rattachée à la Pologne, où son père était domestique. Après avoir poursuivi ses études de médecine à Breslau (aujourd’hui Wroclaw), il obtient son doctorat en 1870 avant d’effectuer un stage de six mois à Vienne avec Theodor Meynert, le plus célèbre neuro-anatomiste allemande de l’époque.

Wernicke est passé à la postérité pour ses travaux sur une zone du cerveau impliquée dans le langage, à laquelle il laissera son nom (l'aire de Wernicke), ainsi qu'au syndrome d'aphasie associé aux lésions de cette zone (aphasie de Wernicke).

L'aphasie de Wernicke se caractérise par des difficultés importantes à comprendre ce qui est dit et ce qui est écrit (surdité verbale et alexie). Le patient atteint de l'aphasie de Wernicke parle facilement ou même abondamment. Secondairement il présente des troubles d'expression de la parole (paraphrasies et jargonaphasie). Si le patient essaie d'écrire, il rencontre généralement les mêmes difficultés que lorsqu'il parle (élocution normale ou logorrhéique) sans troubles arthriques, mais caractérisés par un trouble grossier de la compréhension, une fréquente anosognosie des déficits et des transformations aphasiques variées. Il arrive que certains patients, tout au moins au début, ne soient pas toujours conscients de leurs erreurs. On l'appelle aussi aphasie de réception, aphasie sensorielle, aphasie réceptive, aphasie postérieure.

Bien qu’essentiellement connu pour ses travaux en neurologie, Carl Wernicke était avant tout psychiatre. Il avait ainsi mis au point un système de classification des troubles mentaux fondé sur l’anatomie et la pathologie du système nerveux du système nerveux. ll pensait ainsi que les maladies psychiatriques étaient causées par des désordres du système associatif. Il ne croyait pas non plus en des entités psychiatriques spécifiques.

Wernicke est mort le 15 juin 1905 à Gräfenroda, en Allemagne.


Source : legeneraliste.fr