C’est arrivé le 12 septembre 1460

Naissance de Berengario da Carpi

Publié le 12/09/2014

Crédit photo : GARO/PHANIE

Ce médecin italien, fut l’un des plus importants anatomistes modernes avant André Vésale. Protégé par Alberto III Pio, seigneur de Carpi, il commença sa carrière comme professeur à Pavie avant d’être appelé à Bologne.

Un extraordinaire talent pour le dessin

Ne copiant pas Galien, à l'inverse de la plupart de ses contemporains, il se révéla un pionnier dans la dissection des corps humains qui lui permettront de faire des descriptions d’après nature. Et, fort de ses extraordinaires talents de dessinateur, il fut aussi l’un des premiers à utiliser l'illustration commentée dans ses ouvrages d'anatomie. Mais en ignorant la perspective, il procura à Sylvius des arguments pour s'opposer à la représentation graphique. Fallope disait de lui qu « il avait restauré l’art de l’anatomie, avant que Vésale ne le perfectionne ». Dans son « de Commentaria » édité à Bologne en 1521, da Carpi mentionnait pour sa part que « l'anatomie ne peut pas être étudiée seulement par la lecture ou en écoutant des enseignants, parce qu'il est indispensable de voir et de toucher, ou ce qui est la même chose observer et manipuler »

[[asset:image:2651 {"mode":"full","align":"","field_asset_image_copyright":[],"field_asset_image_description":[]}]]

 

Le chirurgien des maux français

Berengario da Carpi s’intéressa aussi à la rétention urinaire et il remarqua en injectant de l'eau dans la veine rénale que cette dernière ne drainait pas vers le pelvis mais elle s'accumulait dans le rein et atteignait le pelvis à travers les papilles rénales qu'il avait lui-même décrites pour la première fois. Le médecin italien découvrit également les vésicules séminales auxquelles il donna la dénomination de "ramasseurs de sperme". Il fut aussi à l’origine de la thérapie mercurielle dans les malades syphilitiques. Le célèbre orfèvre toscan Benvenuto Cellini, le protégé des Médicis à Florence, surnomma ainsi Berengario le « cerusico di mali francesi » , c’est-à-dire le « chirurgien des maux français ».


Source : legeneraliste.fr