Myofasciite à macrophages : gain de cause pour l’infirmière de Pau

Publié le 23/03/2013

Le juge des référés du tribunal administratif de Pau a donné gain de cause à une infirmière qui réclamait la reconnaissance d’une myofasciite à macrophages et son classement comme maladie professionnelle. A compter de 1983, Mme Sempietro avait été soumise à des vaccinations répétées , notamment contre l'hépatite B, comprenant de l'aluminium, obligatoires en tant qu’aide-soignante à l’hôpital d’Oloron-Ste-Marie. Dans cette affaire qui l’oppose à son employeur, elle a obtenu trois expertises médicales rattachant sa maladie aux administrations successives de vaccins adjuvantés sur hydroxydes d'aluminium. Une quatrième expertise conclut en revanche à l'absence de cause «certaine, directe et exclusive». Martine Sempietro, 47 ans, en congé maladie depuis 2006 pour un accident du travail lié à une chute, avait, fin 2012, observé une grève de la faim de 24 jours avec des membres de l'association E3M (malades de la myofasciite à macrophages et leurs proches) pour réclamer une recherche sur l'aluminium dans les vaccins.


Source : legeneraliste.fr