Mort d’Henri Caillavet, militant de la légalisation de l’euthanasie

Publié le 28/02/2013

«Nous savons tous ce que notre association lui doit, il a porté très haut nos revendications, dans les médias et au Parlement, durant trois décennies». L'Association pour le droit de mourtir dans la dignité (ADMD) a perdu un de ses fondateurs, Henri Caillavet, décédé dans la nuit de mardi à mercredi à 99 ans. «Il est mort peu après minuit, dans sa maison de Bourisp, dans les Hautes-Pyrénées, comme il le voulait: dans la dignité, sans acharnement thérapeutique», a précisé son fils, François Caillavet. Grande figure du radicalisme, ancien ministre, franc-maçon, longtemps député puis sénateur du Lot-et-Garonne, ancien eurodéputé, Henri Caillavet a eu, comme parlementaire, une intense activité de législateur, préparant nombre de textes sur des questions sociétales : dons d'organes, insémination artificielle, euthanasie, avortement, divorce par consentement mutuel, internement psychiatrique, homosexualité, transsexualisme... Il a présidé à deux reprises l'Association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD) actuellement animée par Jean-Luc Romero. Jean-Marc Ayrault a salué dans un communiqué «la mémoire de ce grand parlementaire et notamment ses positions courageuses sur la fin de la vie, ainsi que son engagement dans la Résistance».


Source : legeneraliste.fr