C’est arrivé le 27 mai 2007

Mort de Maurice Abiven

Publié le 27/05/2014

Crédit photo : GARO/PHANIE

Ce grand humaniste, spécialiste de médecine interne, restera dans l’histoire pour avoir créé la première unité de soins palliatifs française, inaugurée par François Mitterand en 1987, à l’hôpital international de la Cité universitaire.

Maurice Abiven est né à Brest le 10 février 1924 dans une famille ouvrière, son père étant contremaître à l’Arsenal. Toute son enfance, il rêve d’être officier de marine jusqu’à ce jour funeste, où son père, lors d’une fête foraine, s’étonne, alors qu’il s’apprête à faire un carton sur un stand de tir, qu’il vise avec l’œil gauche alors qu’il est droitier. Emmené chez un ophtalmologue, celui-ci confirme que l’ oeil droit de Maurice est trop deficient pour entrer à l’Ecole Navale. Même si sa déception est immense, Maurice Abiven poursuit une scolarité brillante mais ne sait vers quelle carrière s’orienter. Finalement, sa grand-mère, analphabète et ne parlant que Breton, va le pousser à faire médecine.

En 1940, Abiven entre donc dans une école préparatoire à Angers avant d’entamer ses etudes de médecine à Nantes. Las, alors qu’il est en deuxième année, il est frappé par la tuberculose et envoyé dans un sanatorium des environs de Grenoble réservé aux seuls étudiants et où il peut poursuivre son cursus.

Lors de ce séjour, il va voir de nombreux maladies, parfois des amis, mourir. Une experience inoubliable qui le décide à être un médecin entièrement au service des maladies, indifférent aux titres et aux honneurs.

En 1945, Abiven trouve un poste de remplaçant au dispensaire de la Cité universitaire. Il restera 45 ans dans les lieux, jusqu’à sa retraite en 1989. Le dispensaire devient en 1963 l’Hôpital international de Paris et Maurice Abiven qui a gravi patiemment les échelons devient chef du service de médecine interne et commence à s’intéresser aux conditions de vie des maladies en phase terminale.

Quelques années plus tard, au cours d’un voyage au Canada, il découvre la première unité de soins palliatifs existant dans le monde. A son retour, après avoir convaincu le ministre de la Santé d’alors, Edmond Hervé, Maurice Abiven peut enfin créer une unite de soins palliatifs au sein de l’hôpital international de la Cité universitaire.

En 1989, le médecin breton participe à la creation de la Société française d’accompagnement et de soins palliatifs qu’il va présider de 1989 à 1993 avant d’en devenir president émérite.

Les efforts de Maurice Abiven et de quelques autres médecins convaincus ont aété aussi à l’origine de la loi du 9 juin 1999 qui garantit un droit d’accès aux soins palliatifs pour toute personne en fin de vie.

Maurice Abiven est mort le 27 mai 2007 à l’âge de 83 ans.


Source : legeneraliste.fr