C’est arrive le 5 novembre 1605

Mort de Jean Ribit de la Rivière

Publié le 05/11/2014

Crédit photo : GARO/PHANIE

Succédant à Jean d’Ailleboust en 1594, Jean Ribit de la Rivière a été le premier médecin du roi Henri IV jusqu’à sa mort en 1605. Fils d’un philologue qui avait fui la Savoie pour se réfugier  Suisse en raison de ses convictions huguenotes, Ribit de la Rivière est né à Genève en 1546.

Après des études au Collège de Genève où il eut pour compagnon Agrippa d'Aubigné, le futur auteur des « Tragiques », poème épique racontant les persécutions subies par les protestants, Ribit partit pour l’Italie où il obtint son bonnet de docteur à Turin en 1571.

Un protégé de Catherine de Navarre

Son diplôme en poche, Ribit multiplia les voyages dans toute l’Europe avant de se fixer en France. Devenu un familier de la cour d' Henri de Navarre à Nérac, dans le Lot-et-Garonne, il fut choisi comme médecin par la sœur du futur roi de France, Catherine de Navarre, qui le prit sous son aile. Nommé médecin particulier du Maréchal de France, Henri de la Tour d'Auvergne, il accompagna celui-ci en Angleterre en mission diplomatique en 1590, puis en Allemagne. En 1594, à la mort de Jean d'Ailleboust, « premier médecin » du roi Henri IV, Ribit de la Rivière obtint de lui succéder grâce à ses nombreuses protections.

[[asset:image:3421 {"mode":"full","align":"","field_asset_image_copyright":[],"field_asset_image_description":[]}]]

En 1598, Ribit de la Rivière reçut la visite de Théodore Turquet de Mayerne, jeune médecin, fraîchement diplômé de la faculté de Montpellier, protestant et d’origine suisse comme lui. Il le fit nommer « médecin ordinaire » d’Henri IV». Turquet de Mayerne, qui connut une carrière « royale » après avoir émigré en Angleterre, successivement « premier médecin » des rois d'Angleterre Jacques Ier, Charles Ier et Charles II, utilisa par la suite sans vergogne les notes de Ribit dans ses propres ouvrages et les mérites de sa gloire auraient du revenir au malheureux médecin d’Henri IV, mort le 5 novembre 1605.


Source : legeneraliste.fr