Secteur 2

MG refuse de faire le sale boulot pour sanctionner les spés

Publié le 22/02/2013
Alors que les syndicats polycétagoriels signataires de l’avenant n°8 organisent la résistance pour gripper le mécanisme de sanctions pour dépassements abusifs, le syndicat de généralistes vient d’annoncer qu’il ne siègerait pas dans les commissions ad hoc.

MG France a annoncé vendredi ne siègera pas dans les commissions régionales chargées d'examiner les dépassements d'honoraires excessifs. «Le comité directeur de MG France demande à ses représentants de ne pas participer aux commissions paritaires régionales conventionnelles qui seront saisies, à partir de septembre 2013, des situations des médecins en secteur à honoraires libres considérés comme pratiquant des dépassements d'honoraires abusifs», indique le syndicat dans un communiqué. MG France, un des trois syndicats à avoir signé à l'automne avec l'assurance maladie l’avenant numéro 8, «n'entend pas jouer le rôle de juge ou d'arbitre des justifications portées sur les montants des dépassements du secteur 2».

Dans cette affaire qui, selon le syndicat de Claude Leicher «concerne exclusivement les relations entre assurance maladie et syndicats de médecins de secteur 2», MG France refuse visiblement de jouer les mauvais rôles, alors que le SML a récusé sa signature le week-end dernier et que la CSMF se fait fort d’organiser la résistance sur le terrain. «La gestion de cet avenant tourne au vaudeville conventionnel», juge MG France. «Les syndicats de médecins de secteur 2 montrent désormais clairement leur intention de ne pas assumer la régulation de ce secteur d'exercice», estime le syndicat de généralistes, qui «constate que ses doutes sur la pertinence du dispositif conventionnel retenu pour limiter les dépassements se confirment».

Paul Bretagne

Source : legeneraliste.fr