Mediator : débat entre ex de l’Afssaps et Servier

Publié le 25/05/2013

Au 4e jour du procès Mediator, deux experts et ex-membres de l'Agence de sécurité des produits de santé (Afssaps) ont pointé du doigt vendredi la responsabilité de Servier. "Les laboratoires Servier auraient dû spontanément retirer le Benfluorex en 1997", lorsque l'Isoméride et le Ponderal, des médicaments de la même famille, ont été eux-mêmes retirés du marché, a ainsi estimé Philippe Lechat, ex-directeur de l'évaluation des médicaments à l'Afssaps (de 2007 à 2012). "On a eu vingt, trente ans d'enfumage de l'effet anorexigène (du Mediator)", a estimé pour sa part le professeur Jean-François Bergmann, ancien vice-président de la commission d'AMM. A l’inverse, l’avocat de Jacques Servier, Me Hervé Temime soutient que l’Afssaps a une responsabilité dans le retrait tardif - en 2009 - de l'antidiabétique. Réponse des ex-responsables de l’agence: pour Philippe Lechat cela est dû à "l'absence de notification de pharmacovigilance alarmante" avant 2009, affirmation corroborée par le Pr Bergmann, qui souligne que "la pharmacovigilance basée sur la déclaration spontanée, cela marche très mal. (...) Un médecin le fait en moyenne une fois tous les dix ans". Le procès doit reprendre lundi. Le tribunal devra d'abord se prononcer sur un nouvel argument de procédure de la défense, susceptible d'interrompre les débats.


Source : legeneraliste.fr