Si « Le Généraliste » était paru en juin 1927

Médecine générale, un terme un peu arriéré

Publié le 07/06/2016
Histoire

Histoire

Les quelques rares médecins qui osent encore mettre sur l’en-tête de leur papier à ordonnances : « Médecine générale » corrigent ce que ce terme a un peu d’arriéré par quelques autres attributs : « Petite chirurgie, accouchements, maladies des femmes et des enfants ». Quelques-uns n’hésitent même pas à ajouter « et spécialités courantes ». Mais ces races spécialoïdes, comme on en voit à toutes les époques de transition, sont appelées à disparaître, pour faire place à une génération de purs spécialistes.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)