Périnatalité

Mauvais points de la Cour des Comptes sur la mortalité infantile  Abonné

Publié le 10/02/2012
3,8 décès avant un an pour 1 000 naissances vivantes. La mortalité infantile stagne en France ces dernières années, alors qu’elle progresse chez nos voisins. Les magistrats de la rue Cambon s’en émeuvent. Et demandent, par ailleurs, un effort de formation des généralistes en gériatrie.

Un des pays les plus prolifiques de l’Union Européenne, la France, serait-il aussi le pays où le progrès, en termes de mortalité infantile a été, ces dernières années, le moins sensible ? Présenté mercredi à Paris, le rapport annuel de la Cour des Comptes dresse un « bilan critique » - ce sont les mots de Didier Migaud, son premier président - de la situation de la périnatalité en France. Grossesse, accouchement et premiers jours de vie des nouveaux nés ont été scrutés de près.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte