Courrier des lecteurs

Matinée de galère

Publié le 25/05/2018

C'était le 7 mars dernier, j'étais à 9 heures dans un centre pour adultes handicapés auprès d'une patiente trisomique présentant une arthrite de cheville, d'où nécessité de l'adresser aux urgences, avec explications à elle-même, au personnel, lettre, bon de transport.

Deuxième visite à 10 h 30 chez une dame de 85 ans subissant une maladie de Parkinson depuis vingt ans, en fauteuil roulant, avec de multiples et légitimes plaintes. Pour la troisième visite, il était 11 h 30. J'arrive chez cette patiente de 86 ans, vivant seule, diabétique insuline dépendante, qui venait d'être hospitalisée pour un coma hypoglycémique. À mon arrivée, elle « baignait » dans une diarrhée profuse, totalement épuisée.

Non, je ne vous passerai pas les détails : pantalon, chaussons, fauteuil, sol, totalement souillés. Son aide ménagère n'arrivait qu'une heure plus tard pour le repas ; alors, allons-y : transport en chaise roulante à la salle de bains, lavage, séchage, habillage, lavage du sol, puis, enfin, consultation médicale… Il y aura aussi le soir, une machine à laver pour mes propres (façon de parler) vêtements.

Pour la première fois de ma vie de médecin (depuis 38 ans), je cote VL + MD = 70 euros (en paiement différé, bien sûr). Que pensez-vous qu'il arriva ? Eh bien refus de règlement par la caisse, car cette dame était en ALD pour diabète et non maladie neuro dégénérative. Elle avait de gros troubles cognitifs… Mais je n'avais pas pris le temps de demander « une extension d'ALD », comme ils disent. Cette dame est décédée 26 jours plus tard. Je l'ai faite réhospitaliser un samedi après-midi après 1 h 30 de discussion avec la famille. Trois visites en 4 h 15, qui dit mieux ? Et une caisse toujours prête à fondre sur ce médecin fraudeur. Il paraît que les jeunes médecins généralistes ne veulent plus faire de visites à domicile. Cherchez l'erreur, docteur ! Jusqu'où allons-nous plonger ?

Vous aussi, vous voulez réagir à l’actualité médicale ? Adressez-nous vos courriers accompagnés de vos nom, prénom et lieu d’exercice à redaction@legeneraliste.fr

Dr Catherine Peronnet, Tremblay-en-France (Seine-Saint-Denis)

Source : Le Généraliste: 2836