Marc Bocquillon*: « La formule libérale offre plus de souplesse »  Abonné

Publié le 22/01/2010

Pas plus que ses condisciples, Marc Bocquillon n’a déjà d’idée arrêtée sur son futur lieu d’installation. Contrairement au type d’exercice qu’il souhaite adopter. Ce sera « en groupe, pourquoi pas en maison de santé, mais en libéral, ça c’est sûr ». Les sirènes du salariat n’ont à l’évidence pas de prise sur le jeune homme, qui, contrairement à la tendance majoritaire au sein de sa génération, y voit « davantage de contraintes que d’avantages ». « Si je veux travailler cinquante heures une semaine donnée, je peux le faire sans difficulté ».

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte