Malades d’Alzheimer : plus fragiles face au froid ?  Abonné

Publié le 10/02/2012

Une septuagénaire, disparue d’une maison de retraite à Toulouse, morte de froid dans un parc. Un octogénaire égaré en forêt, retrouvé inanimé dans un chemin près de Bitche, en Moselle. Les deux premières victimes de la vague de froidont été des malades d’Alzheimer. Plus exposés donc que d’autres en période de grand froid ? Selon le Pr Françoise Forette, la réponse est nuancée car, explique-t-elle à l’AFP, « physiquement, ces personnes ne sont pas plus vulnérables que d’autres ».

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte