Diabète de type 2

Lorsque l’HbA1c s’emballe  Abonné

Publié le 06/03/2009
Alors que le bilan initial pose peu de problème en médecine général, le recours au diabétologue se révèle précieux en cas d’aggravation.

Crédit photo : ©GARO/PHANIE

Le bilan initial et l’initiation du traitement chez le diabétique de type 2 posent peu de difficultés : respectivement 95 et 92 % des médecins généralistes disent y parvenir en solo. En revanche, concernant le suivi mais surtout la conduite des opérations en cas d’élévation de l’HbA1ou du non-abaissement d’une HbA1c trop élevée, un généraliste sur deux souhaiterait que le diabétologue lui prête main forte. D'après l'étude ENTRED, plus d'un quart des patients dépasse les 8 % d’hémoglobine glyquée.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte