L’opérette, ça nous botte  Abonné

Publié le 16/12/2011

Crédit photo : ©Petit

Il y a des bruits de botte plus sympathiques que d’autres… Dix ans déjà que celles des Brigands martèlent d’un pas léger les scènes de France et de Navarre. Leur credo : redonner ses lettres de noblesse à un genre trop galvaudé, voire mésestimé : l’opérette. Alors que Suppé, Strauss, Gilbert et Sullivan ou la zarzuela ont fait et font encore les beaux soirs des théâtres viennois, londoniens ou madrilènes, le genre «bouffe » (hormis Offenbach) n’a pas toujours été jugé comestible par le « mélomane » français.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte