Autisme

L’IRM repositionnée par des chercheurs français  Abonné

Publié le 13/02/2009
Une proportion anormalement élevée d’anomalies cérébrales apparaît à l’IRM chez certains enfants atteints d’autisme, selon des chercheurs français. De quoi relancer de nouvelles pistes étiopathogéniques.

Crédit photo : ©EYE OF SCIENCE/PHANIE

C’est une petite révolution que vient de déclencher la France dans la revue en ligne PLos ONE (février 2009). Un groupe de chercheurs* du CEA, de l’Inserm et de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris vient de remettre en course l’IRM dans l’étude de l’autisme. L’imagerie par résonance magnétique nucléaire montre en effet que plus de 40 % des enfants autistes présentent des anomalies cérébrales : anomalies de la substance blanche, dilatation des espaces de Virchow Robin, anomalies du lobe temporal à type d’hyper-signal sous-cortical du lobe temporal.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte