Cardiologie

L’infarctus continue à régresser  Abonné

Publié le 18/11/2011
Les registres montrent une réduction de la mortalité des infarctus en France mais le gradient Nord-Sud décroissant persiste selon le Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire qui a repris les trois registres de l’infarctus du myocarde à Lille, Strasbourg et Toulouse.

Crédit photo : ©PHANIE

Moins 5 % par an. C’est la réduction de la mortalité coronaire entre 2000 et 2007. Le progrès essentiellement dû à la prévention primaire concerne les patients de plus de 55 ans mais il est moins marqué chez les plus jeunes surtout chez les femmes. « L’infarctus reste très rare chez la femme jeune » nuance le Pr Jean Ferrières (Toulouse). « Il faut attendre que les facteurs de risque s’expriment ! ». Mais il est possible que le tabagisme féminin dans la tranche d’âge 35-54 ans soit un élément d’explication. La mortalité intra-hospitalière reste stable autour de 9 %.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte