Retraites

L’Igas met en cause la gestion de la Carmf

Publié le 04/06/2013
Un rapport de l’Inspection des affaires sociales (Igas) épingle la gestion des régimes de retraite des médecins libéraux par la Carmf. L’Igas reproche notamment à la Carmf une politique d’investissement qui privilégie le rendement à court terme. Un an après une polémique similaire,CSMF et MG France demandent des comptes... Le président Maudrux se défend.

Il était censé être confidentiel. Pourtant, certaines feuilles ont circulé sous le manteau jusqu’aux bureaux de vos représentants syndicaux. Un rapport provisoire de l’Inspection des affaires sociales (Igas) sur le contrôle des placements de la Carmf critique ouvertement la gestion de cet organisme par ses administrateurs dont la formation, « paraît largement insuffisante » au vu de la complexité des produits financiers qu’elle détient, peut-on lire dans la synthèse du rapport. La conclusion de l’Igas est sans appel : si rien ne change « à court terme la caisse devra puiser dans ses réserves pour servir les pensions ». L’Igas reproche notamment à la caisse de retraite des médecins sa politique d’investissement qu’elle qualifie de « largement opportuniste ». « Le principal critère de décision au sein de la Carmf est celui du rendement à court terme des placements, ce qui ne manque pas de surprendre pour un investisseur de long terme comme une caisse de retraite. La notion de risque est systématiquement écartée au profit de celle de rendement ».

Il n’en fallait pas plus pour que les syndicats montent au créneau, CSMF et MG France en tête. Dans un communiqué, daté de ce mardi, la CSMF demande des comptes à la Carmf et parle de « gestion aussi hasardeuse qu’opaque ». Sévère, la Conf’ se dit « inquiète » de voir que le président de la caisse de retraite « confond la gestion de la retraite des médecins avec un jeu de casino » et réclame que les responsables soient « écartés ». De son côté MG France, qui s’était déjà alarmé, il y a un an, au sujet de la gestion des régimes de retraite de la part des dirigeants de la Carmf, demande que les conclusions provisoires de ce rapport soient rendues publiques. « Ce rapport est tenu secret entre le président de la Carmf et ses quelques amis, c’est scandaleux ! » dénonce Claude Leicher. D’après lui, la gestion de la caisse est purement et simplement « catastrophique » : « le rendement annuel moyen est inférieur au résultat du Livret A de la Caisse d’Épargne ! » ironise-t-il. Selon certains, de l’argent aurait même été placé dans une exploitation viticole, ce que le président de MG France trouve pour le moins « curieux »... Mais la chose la plus grave c’est que, d’après lui, si rien n’est fait « le régime complémentaire des médecins sera en déficit à partir de 2014 ».

Apparemment étonné d’une telle polémique - « je ne vois pas pourquoi on aurait des critiques » dit-il -Gérard Maudrux promet que ce fameux rapport sera rendu public et « mis en ligne » sur le site de la Carmf, une fois qu’il sera « définitif ». Et cela en dépit du fait que, selon le président de la Carmf « il n’y a que des bêtises dedans ». En attendant, Gérard Maudrux (photo) se défend des critiques. D’après lui, les résultats obtenus par les placements des gestionnaires de la Carmf seraient, au contraire de ce qui est dit par l’Igas et les syndicalistes, « supérieurs à la moyenne de tous les placements ». Dans un communiqué daté de ce mardi, la Carmf rappelle qu’il ne s’agit que d’un rapport provisoire : « le rapport définitif reprendra les observations et recommandations de la Mission et les réponses de la Carmf ». Par ailleurs, elle assure qu’un autre rapport de l’IGAS, non public, concernant le pilotage financier du régime complémentaire « reconnaît en revanche la qualité de la gestion de la Carmf ».

Giulia Gandolfi

Source : legeneraliste.fr