L’heure d’été permanente ? Une mauvaise idée pour la santé

Publié le 04/05/2019
Horloge astronomique

Horloge astronomique
Crédit photo : STEVE ALLEN/SPL/PHANIE

On a beau rêver toute l’année des soirées ensoleillées qui s’éternisent jusqu’à 22 heures au jardin, vivre à l’heure d’été permanente ne promet en rien la douceur que l’on associe à ces instants. Au contraire, mettent unanimement en garde les chronobiologistes : vivre 365 jours par an en décalage de deux heures avec l’heure solaire (UTC +2) risque d’aggraver notre déficit chronique en sommeil, et les troubles dont souffrent déjà de nombreux Français.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)