L’évérolimus dans le cancer métastatique  Abonné

Publié le 14/01/2011

Les femmes ayant un cancer du sein métastatique hormonodépendant mais negatif pour le récepteur HER2 ont un meilleur pronostic sous everolimus-tamoxifène par rapport au seul tamoxifène selon un essai français présenté au congrès Breast Cancer Symposium à San Antonio (Texas). L’étude menée sur 111 patientes ayant déjà reçu un anti-aromatase montre un arrêt de la progression tumorale sur 6 mois chez 61 % des femmes.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte