Loi HPST

L’été de tous les dangers  Abonné

Publié le 17/04/2009
Contexte houleux pour Roselyne Bachelot à moins d’un mois de l’entrée en lecture au Sénat de son projet de loi « HPST ». La cote de popularité de la ministre a pris un sérieux coup. En effet, selon notre sondage, plus de deus tiers des généralistes jugent son action « défavorable ». Tandis que dans votre exercice quotidien, vous apparaissez clairement circonspects quant aux nouvelles mesures qui pourraient voir le jour cet été. Explication de texte.

Crédit photo : ©DR

Crédit photo : ©VOISIN/PHANIE

Surprise. La récente décision de la cour d’appel de la cour de Grenoble qui pose pour la première fois le principe du C = CS ne semble pas déclencher un début généralisé de « grandes manœuvres ». En effet, seulement un quart de la profession entend désormais tarifer 23 euros à ses patients. Et si un généraliste sur dix ne sait toujours pas quelle sera son attitude, près des deux tiers de la profession compte bien ne rien changer à ses tarifs. Le refus de prendre leurs patients en otage allié à la crainte de devoir livrer un combat permanent avec les caisses ?

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte