Les victimes toulousaines de surirradiation craignent un non lieu

Publié le 08/07/2011

Les victimes de surirradiation à l'hôpital toulousain de Rangueil craignent un possible non lieu en leur défaveur. Plusieurs dizaines d’entre elles sont sortis en colère d'une réunion d'information avec les juges d'instruction en charge du dossier, jeudi à Toulouse. «Je suis l'avocat en colère de victimes en colère», a déclaré Me Christophe Léguevaques, qui représente 80 des 145 victimes de surirradiation en 2006 à l'hôpital Rangueil. «On nous dit qu'il y a eu erreur mais que ce n'est pas suffisant pour caractériser une faute pénale», a noté Me Léguevaques. «Les juges d'instruction nous ont dit qu'ils comptaient clôturer leur instruction à la rentrée, et le parquet nous dit qu'aller au tribunal risque d'aboutir à une relaxe», a encore indiqué l'avocat. «Je suis très énervée, on n'a abouti à rien», a déclaré de son côté la présidente de l'association SOS Irradiés 31, Odile Guillouët. La décision finale quant à la tenue ou non d'un procès devrait être prise début 2012.


Source : legeneraliste.fr