Les veinoactifs restent d’un grand secours  Abonné

Publié le 12/06/2009
Entretien avec le Dr Jean-Pierre Gobin (Lyon), président de la Société Française de Phlébologie

« La classe thérapeutique des veinoactifs garde en dépit du déremboursement [depuis janvier 2008] tout son intérêt. Cette mesure l’a dévalorisée aux yeux du grand public, y compris des médecins qui relient déremboursement et inefficacité. Alors que c’est un choix politique, simplement la balance coût/ résultat a été jugée insuffisante. Ils représentent toujours, surtout pour les patientes en situation debout prolongée, un médicament d’un grand secours, en particulier durant la période estivale ou lorsqu’elles sont exposées à la chaleur.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte