Immunisation

Les vaccins « classiques » avant tout

Publié le 09/08/2012

Si certaines destinations imposent un programme de vaccination particulier avant le départ, « la mise à jour des vaccinations recommandées en France dans le calendrier vaccinal, que ce soit pour les adultes ou les enfants, est la première étape de ce programme », soulignent les recommandations sanitaires 2012 pour les voyageurs. Cette mise à jour « est particulièrement importante pour la vaccination contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite et la coqueluche ».

Concernant la rougeole, la vaccination est préconisée dans le calendrier vaccinal à l’âge de 12 mois. Cependant, « pour les nourrissons qui doivent voyager dans un pays de circulation virale intense, elle peut être pratiquée dès l’âge de 6 mois, avec une dose de vaccin rougeoleux monovalent entre les âges de

6 et 9 mois », indiquent les recommandations. Cette vaccination doit permettre de protéger les futurs voyageurs mais aussi d’éviter d’exporter nos propres cas de rougeole « La focalisation sur les dangers venus d’ailleurs ne doit pas nous faire oublier que nous-mêmes pouvons constituer un danger pour autrui. Pendant les épidémies de rougeole en France, des voyageurs français ont exporté de la rougeole dans les pays visités?», souligne le Pr Eric Caumes.

En ce qui concerne les vaccinations spécifiques à certaines destinations, « nous sommes encore mal à l’aise avec la balance bénéfice/risque de certains vaccins, reconnaît le Pr Eric Caumes, que ce soit celui contre la fièvre jaune mais aussi contre l’encéphalite japonaise ou la rage. Quel est le risque exact pour le voyageur ? Quel est le bénéfice du vaccin dans les conditions du voyage ? »

Le Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire n° 20-21 détaille en particulier les contre-indications et précautions d’usage de la vaccination contre la fièvre jaune. Leur nombre important illustre la difficulté à trouver le bon équilibre entre le bénéfice attendu de la vaccination et ses dangers, entre autres chez les personnes immunodéprimées. Même extrêmement rares, ces complications restent une préoccupation quotidienne des médecins et les indications de la vaccination doivent être parfois bien pesées, au risque de déconseiller un voyage.


Source : legeneraliste.fr