112e Congrès français d'urologie

Les urologues dépoussièrent l’HBP Abonné

Publié le 18/01/2019
Les urologues dépoussièrent l’HBP

prost
ZEPHYR/SPL/PHANIE

Avec tout un rapport qui lui était consacré, l’HBP était l’invitée d’honneur du récent congrès français d’urologie. L’occasion de porter un nouveau regard sur cette pathologie dont les facteurs favorisants se précisent et pour laquelle l’arsenal thérapeutique se diversifie de plus en plus.

Premier motif de consultation en urologie, l’hypertrophie bénigne de la prostate (HBP) n’avait fait l’objet d’aucun rapport spécifique depuis 1990. « Compte tenu de l’évolution récente des prises en charge, nous avons estimé qu’il était temps de se pencher à nouveau sur ce trouble », indique l’Association française d’urologie (AFU) à l’occasion de la sortie de son rapport annuel 2018 consacré à cette pathologie. L’HBP, une maladie métabolique ? L’HBP touche environ 2 millions d’hommes en France et 100 000 nouveaux cas de troubles urinaires liés à une HBP sont rapportés…

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte