Les urgentistes adressent une pétition à Marisol Touraine

Publié le 11/12/2013

L'association des médecins urgentistes de France (Amuf) a inauguré une nouvelle mobilisation, deux mois après un précédent mouvement. Avec la CGT-Santé, le syndicat de Patrick Pelloux a lancé mercredi une pétition pour réclamer l'ouverture de négociations, notamment sur la pénibilité de cette profession et le temps de travail. "Si rien n'est fait et compte tenu de la situation de tension au sein des établissements de santé, la fuite massive des praticiens risque de s'aggraver dans les mois ou les années à venir", préviennent les deux organisations dans le texte de cette pétition adressée à la ministre de la Santé, Marisol Touraine. Selon elles, le temps de travail des urgentistes "est devenu une source de dysfonctionnement et de défiance au sein des hôpitaux, véritable facteur de démotivation, de conflit et d'épuisement professionnel".

L'Amuf et la CGT souhaitent notamment que le temps de travail des urgentistes soit décompté en heures et non plus en demi-journées comme actuellement, sur la base de 39 heures par semaine, avec un maximum de 48 heures. Elles rappellent à ce sujet que la borne de 48 heures par semaine "n'est qu'un maximum autorisé par une directive européenne et non une durée légale de travail des praticiens". Les deux organisations plaident aussi pour "la prise en compte de la pénibilité" dont les urgentistes sont "exclus", avec la nouvelle loi sur les retraites.


Source : legeneraliste.fr