Les troubles du sommeil, facteur de risque d’HTA  Abonné

Publié le 10/12/2010

« Hypertendus, dormez-vous bien ? » À l’occasion de la Journée nationale de lutte contre l’hypertension artérielle, le CFLHTA ( Comité Français de Lutte contre l’Hypertension) lance une campagne d’information sur les liens entre sommeil et HTA. Objectif : sensibiliser médecins et patients aux effets délétères des troubles du sommeil sur la pression artérielle et à l’importance de leur dépistage. On sait en effet aujourd’hui que si la quantité de sommeil est insuffisante (moins de 5 heures), le risque d’HTA est doublé.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte