Les recos de l'Académie de médecine sur les nuisances sonores

Publié le 11/06/2012

L'Académie de médecine préconise une série de recommandations pour réduire les nuisances sonores dans l'habitat, dont la création « d'offices bruit » dans les municipalités, dans un rapport publié ce lundi. Les réglementations mises en place ces dernières années ont montré leurs limites pour régler le problème des nuisances sonores de voisinage, selon le rapport. Exceptionnellement cause de manifestations auditives, tels que acouphènes, fatigue auditive, surdité, les bruits usuels de voisinage peuvent être à l'origine de troubles divers, souvent subjectifs. Dans une enquête du Centre d'information et de documentation sur le bruit (CIDB) réalisée en 2010, 35 % des personnes interrogées accusaient le bruit d'être à l'origine de perturbations du sommeil, 26 % de stress, 22 % de fatigue et de tension nerveuse, 10 % de prise médicamenteuse et 7 % de dépression. Bien que le bruit ne soit pas considéré par l’OMS comme une cause directe de maladie mentale, des études suggèrent que le bruit pourrait bien avoir un impact, par le biais notamment des perturbations du sommeil, estiment les auteurs du rapport qui citent également un retentissement sur le système cardio-vasculaire, susceptible de faciliter l'installation d'une hypertension artérielle, ainsi que des modifications de sécrétions hormonales (cortisol…), liées au stress, qui ont des répercussions sur le système immunitaire.


Source : legeneraliste.fr