Les protéines, clés des maladies neurodégénératives  Abonné

Publié le 20/05/2011

Selon le 26e colloque médecine et recherche de la série d’Alzheimer organisé par la fondation IPSEN, la protéine bêta-amyloïde qui s’accumule dans les neurones augmente les réponses au stress de la cellule. Une des réponses est la production de protéines dites « chaperonnes » qui participent au repliement des chaînes protéiques. Mais l’accumulation de substances anormales perturbe leur bon fonctionnement. Ces éléments confirment que l’expression des protéines endommagées amorce une cascade d’événements moléculaires précipitant le développement de maladies neurodégénératives.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte