Ostéoporose

Les promesses du denosumab  Abonné

Publié le 13/02/2009
Un anticorps monoclonal a été testé avec succès chez des femmes ménopausées antérieurement traitées par bisphosphonate.

Crédit photo : ©EYE OF SCIENCE/PHANIE

Le denosumab (anticorps monoclonal humain antiRANKL) pourrait constituer une nouvelle alternative de traitement de l’ostéoporose post-ménopausique. Il agit en bloquant le RANK ligand, qui est la voie d’activation des ostéoclastes, et diminue ainsi la résorption osseuse.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte