Cancer

Les promesses de l’immunothérapie et des nanoparticules  Abonné

Publié le 10/02/2012
L’immunothérapie active, l’utilisation de nanoparticules en radiothérapie et la compréhension des mécanismes épigénétiques devraient faire progresser considérablement la prise en charge des cancers.

L’immunothérapie en cancérologie repose sur la stimulation du système immunitaire pour l’aider à identifier puis à éliminer les cellules tumorales. Indiqué dans le cancer de la prostate métastasé à l’os, hormonorésistant et indolent, Provenge (sipuleucel-T) vient d’être approuvé par la Food and Drug Administration. Ce vaccin cellulaire autologue repose sur l’utilisation de cellules dendritiques présentatrices d’antigènes. Il est destiné à stimuler le système immunitaire. « Il prolonge de façon significative la survie des patients.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte