Prévention

Les omégas trois perdent du galon  Abonné

Publié le 24/02/2012
Les acides gras oméga 3 sont parés de nombreuses vertus pour la santé, principalement cardiovasculaires. Malgré trois essais cliniques négatifs qui sèment le doute sur leur efficacité réelle, les recommandations 2011 qui préconisent une alimentation riche en EPA et DHA ne sont pour l’instant pas remises en cause.

Crédit photo : ©SPL/PHANIE

Tous les oméga 3 ne se valent pas. Déjà, la distinction doit être nettement faite entre l’ALA (acide alpha-linolénique) qui est un oméga 3 d’origine végétale (présent dans l’huile de noix, de colza, de soja, de lin…), et les oméga 3 d’origine animale provenant de certains poissons (saumon, thon, maquereau, hareng, sardine, anchois…) dont les plus connus sont l’EPA le DHA. Ces deux variétés – origine végétale et animale – ne sont pas superposables en termes de bénéfices cardiovasculaires (CV) potentiels.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte