Microbiote

Les nouvelles technologies objectivent les effets bénéfiques de S. boulardii  Abonné

Publié le 25/04/2014
La biologie moléculaire permet de mieux appréhender la composition du microbiote, ses perturbations et l’impact des probiotiques.

Crédit photo : EYE OF SCIENCE/PHANIE

Avec près de 1014 bactéries, le microbiote intestinal d’un individu compte 10 fois plus de cellules que le corps humain. Mais jusqu’à peu, seules 20 à 30% de ces bactéries avaient pu être identifiées et cultivées avec les méthodes de microbiologie classiques. Le développement récent de nouvelles approches de biologie moléculaire a changé la donne, permettant de caractériser la fraction non cultivable du microbiote et d’en offrir une vision plus complète.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte