Délégation de tâches

Les médecins sont-ils prêts à céder ? Abonné

Publié le 25/06/2010
Les médecins sont-ils prêts à céder ?


©VOISIN/PHANIE

Vaccin antigrippe, renouvellement de traitements chroniques et désormais de pilules… Les exemples d’actes médicaux délégués aux pharmaciens ou aux infirmières sont de plus en plus nombreux. Au grand dam de l’Ordre des Médecins qui regrette que tout cela se fasse sans cadre clairement défini. Il est grand temps de se poser la question de la faisabilité à grande échelle de ces transferts de tâches car la loi HPST et la mise en place des ARS augurent du développement de nouveaux projets. Et si on demandait d’abord aux acteurs de santé s’ils étaient d’accord… Et à quelles conditions ?

Depuis une dizaine d’années, lentement mais sûrement, de nouvelles compétences médicales sont déléguées à d’autres professionnels de santé, dans une relative indifférence. Mais avec la loi « Hôpital, patients, santé et territoire » de juillet 2009, qui y consacre tout un chapitre, on commence à changer de vitesse. Et depuis la parution début juin d’un décret qui met quasiment hors du jeu le médecin dans la prescription de la contraception, les représentants de la profession veulent mettre le holà. Pourtant, la délégation de tâche n’est pas tout à fait une idée neuve. Pour mémoire, depuis 2001…

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte