Etats-Unis

Les médecins ne parlent pas assez sexualité avec les ados

Publié le 09/01/2014

La sexualité serait-elle un sujet tabou dans les cabinets des généralistes américains ? Selon une étude publiée dans le "Jama Pediatrics" les médecins ne parlent pas assez de sexualité aux adolescents. Pour l’affirmer, les chercheurs américains de l’Université Duke se sont basés sur les enregistrements anonymes des conversations de 49 médecins et 253 adolescents, âgés de 12 à 17 ans, lors de leur check-up annuel dans 11 centres hospitaliers de Caroline du Nord.

Durée moyenne: 36 secondes

L’enquête revèle que, moins de deux tiers des conversations (65%) durant les visites abordaient la sexualité. Et même quand la question était posée, la durée de la conversation était de 36 secondes seulement sur 22,4minutes de consultation. Une durée insuffisante pour répondre aux besoins des patients, estiment les chercheurs.

Si les médecins ne sont pas très loquaces, il ne faut pas leur jeter la pierre. De leur côté, leurs jeunes patients ne semblent pas leur faciliter pas la tâche. Selon l’étude, seuls 4% d’entre eux paraissent intéressés lorsque le sujet est abordé. La plupart se contente de répondre par oui ou par non, en particulier les filles. En fait, c’est peut-être une question de temps. Quand la visite a été longue et confidentielle, en face à face, la sexualité a été abordée quatre fois plus. Les chercheurs ont aussi constaté que les adolescents les plus âgés parlaient plus facilement de sexualité que les plus jeunes.


Source : legeneraliste.fr