Les médecins du sport veulent intégrer la prescription d’activité physique dans la ROSP

Publié le 22/02/2014

Crédit photo : ROBBIE SHONE/SPL/PHANIE

"L'activité physique doit devenir une thérapeutique prescrite sur ordonnance." C’est le syndicat national des médecins du sport qui le dit. Son président Bruno Burel a de la suite dans les idées et vient d’écrire aux syndicats de médecins et au Directeur général de la cnamts pour tenter de les convaincre.

"L'activité physique est non seulement une arme de prévention des pathologies mais c'est également une thérapeutique prouvée scientifiquement dans de nombreuses pathologies (obésité, diabète, HTA, maladies cardio-vasculaires, BPCO, cancers, pathologies neurologiques et psychiatriques…). Le Plan National Nutrition Santé actuellement en cours de déploiement prévoit son développement indispensable aux objectifs de santé publique," explique-t-il dans cinq courriers adressés le 12 février à Michel Chassang (CSMF), Roger Rua (SML), Claude Leicher (MG France), Jean-Paul Hamon (FMF) et Frédéric Van Rœkeghem (CNAMTS) et dans une lettre envoyée le 20 février à Marisol Touraine et à son homologue de la jeunesse et des Sports Valérie Fourneyron qui prépare une grande loi sur le sport pour le printemps.

Le SNMS suggère que "l'activité physique thérapeutique prescrite dans des pathologies définies devienne un des éléments du ROSP." Et si les partenaires conventionnels manquaient d’idées pour l’intégrer parmi les objectifs de la Rémunération sur Objectifs de santé Publique, les médecins du sport sont prêts à leur donner des idées : "nous avons des propositions pratiques pour une mise en place facile," annonce le président du SNMS.

Au passage, le SNMS rappelle que les médecins du sport sont là pour aider, le cas échéant, les confrères : "Le médecin traitant généraliste de premier recours n'a pas toujours la disponibilité pour prescrire les activités physiques adaptées notamment en cas de pathologies lourdes. Les médecins du sport peuvent être des correspondants utiles pour adapter la prescription de l'activité physique à chacun des patients."


Source : legeneraliste.fr