Les maires ruraux veulent contraindre les jeunes médecins à s’installer chez eux

Publié le 25/10/2012

L'Association des maires ruraux de France (AMRF) continue de réclamer le recours à la coercition pour faire reculer les déserts médicaux. Dans une motion, l’Association estime en effet que «continuer à privilégier les méthodes incitatives sur les actions coercitives, c'est perdre du temps et aggraver les conséquences d'une santé à plusieurs vitesses». Concrètement, elle demande «la création d'un dispositif obligeant à l'exercice au profit de l'Etat pendant plusieurs années en retour des efforts faits par la nation pour la formation des professionnels de santé, comme il existe aujourd'hui pour les enseignants, avec la création de zones sanitaires prioritaires définies par des critères de densité». Se référant au modèle infirmier, l’AMRF demande aussi «la mise en place d'une installation d'office des médecins, via une politique d'aménagement sanitaire du territoire et un maillage adapté ». Dans cette motion adoptée le 7 octobre -soit avant le récent accouchement tragique dans le Lot- lors de son congrès réuni à Saint-Laurent (Lot-et-Garonne), l'association dénonce d’une manière générale «la mauvaise répartition territoriale des praticiens, l'aberration des politiques menées par les ARS qui vise plus à la concentration de l'exercice des soins qu'à la complémentarité des sites».


Source : legeneraliste.fr