Conflit de générations chez les « docteurs » ?

Les jeunes généralistes sont différents Abonné

Publié le 10/01/2014
Les jeunes généralistes sont différents


DOCSTOCK/SICHTWANDEL / BSIP

Ils sont de plus en plus nombreux et étonnent parfois leurs ainés dans leur façon de voir l’exercice au quotidien. A l’occasion du Congrès des internes de médecine générale de l’ISNAR-IMG qui se déroule à Brest à partir du 10 janvier, notre dossier donne les paroles aux jeunes pousses de la médecine et aux moins jeunes installés. Tout le monde s’accorde au moins sur une chose : ils n’appréhendent pas la façon d’exercer de la même manière...

On connaît le syndrome de l’enfant du milieu, pris en sandwich entre l’aîné et le petit dernier. C’est un peu ainsi que le Dr Samuel Chartier, 38 ans, installé dans le XXe arrondissement de Paris, se définit. Comme un généraliste de la « génération intermédiaire » travaillant tout seul dans son cabinet en suivant « l’image et l’exemple reçu de mes aînés » tout en se confrontant, en tant que maître de stage, à la pratique de ses internes. Il le confirme : « Il y a un changement ». Qui sont donc ces internes de médecine générale, de plus en plus nombreux, formant un contingent d’environ 10 000…

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte