Les jeunes au chômage ne vont pas bien

Publié le 12/08/2010

Le mal-être des 16-25 ans reçus dans les Missions locales est "inquiétant", avec un risque de suicide quatre fois plus élevé que les jeunes actifs, selon une étude publiée sur le site des Missions locales chargées d'aider les jeunes déscolarisés dans leur insertion. Première du genre, cette étude sur "La santé mentale des jeunes en insertion" donne des résultats "inquiétants" et qui "nécessitent une prise de décision des autorités publiques", selon les auteurs. 26% des jeunes des Missions locales sont en effet en souffrance psychique, 7% ont un état dépressif avéré, 16% de la population enquêtée a déjà tenté de se suicider, et ce taux monte à plus de 24% parmi les sans diplôme, selon l'étude. Près de la moitié (45%) a vécu au moins un événement familial douloureux (séparation des parents, rupture avec les deux parents ou maladie grave d'un des parents). Ils ont "moins souvent déclaré un médecin traitant que les jeunes actifs ou scolarisés". Les jeunes en insertion ou au chômage confient aussi avoir subi davantage de violences, notamment sexuelles, et 22% vivent un sentiment de discrimination.

Enquête réalisée avant la crise via 1.342 questionnaires anonymes proposés entre mai et juillet 2008 dans 24 Missions locales et 14 centres volontaires d'examen de santé de l'Assurance maladie.

Source : legeneraliste.fr